Archives de catégorie : Actu réseau JA

Début des festivités estivales

Les JA de l’Allier organisent un marché du terroir ainsi qu’un repas le dimanche 17 août 2014, aux Cordeliers à Saint- Pourçain.

Nous organisons cette journée dans le cadre du Festival Viticole et Gourmand de Saint-Pourçain.

Marché du terroir à partir de 15h, puis repas en soirée à partir de 19h. La soirée se terminera par un bal.

Infos et réservations repas au 04.70.48.22.85

affiche festival gourmand 2014

Les Jeunes Agriculteurs disent non au paradoxe français

Les Jeunes Agriculteurs disent non au paradoxe français : après la reconnaissance des sociétés à l’Europe, place à la reconnaissance des installations sociétaires en France !

On se félicite depuis peu de la reconnaissance des GAEC à échelle européenne. Une victoire pour la France, sans nul doute possible ! Cependant, en France, comme on aime la complexité, les acteurs de cette victoire semblent avoir oublié leur lutte, en excluant, dans leurs écrits nationaux, les jeunes s’installant dans une société préexistante, de l’accès aux aides directes de la PAC.

Les Jeunes Agriculteurs ont pointé du doigt ce problème depuis plusieurs mois, auprès des services de Monsieur le Ministre, et de Monsieur le Ministre lui-même à l’occasion de sa venue au Congrès National, et, si à ce jour des bruits de couloir laissent entendre une hypothétique évolution positive de ces documents pour la PAC 2015, ils restent insatisfaits du délai observé.

Un jeune, qui souhaite s’installer aujourd’hui dans une société préexistante se trouve confronté à une incertitude de taille. Son PDE, pour une installation moyenne dans notre région à 50 ha/actif, est incertain à 20 000 € près par an, rien que concernant les soutiens directs (DPB-PMTVA) !

Si la volonté de Jeunes Agriculteurs est d’installer sur des projets économiquement viables, outre les soutiens externes possibles, un tel manque de lisibilité pour les porteurs de projets est intolérable. Il ne peut que nuire à une dynamique d’installation renaissante dans la région. Dynamique qu’appelle pourtant unanimement de ses vœux toute la classe politique française. Rappelons ici que ces cas représentent quelques 50% des installations en Auvergne !

C’est bien de travailler à la reconnaissance de l’activité agricole professionnelle. C’est mieux, et c’est surtout indispensable pour valoriser la démarche, d’appliquer ce qu’on a obtenu. Par souci d’efficacité, et d’efficience, et parce que les projets des installés de demain sont ceux dont les PDE se montent aujourd’hui, JA Auvergne exige que les règles du jeu soient éclaircies, maintenant.

Communiqué de presse JA Auvergne

Forte mobilisation pour l’action viande bovine du 10 juillet 2014

Les Jeunes Agriculteurs de l’Allier ont lancé un appel à la mobilisation jeudi 10 juillet afin de protester contre la baisse constante des cours de viande bovine enregistrée depuis début 2014, entrainant une forte baisse du revenu déjà faible des éleveurs.

Plus de 150 personnes étaient présentes ; des JA03 en nombre soutenus par la FNSEA03, les JA de la Creuse, du Cher et du Puy de Dôme. Tous se sont retrouvés à Montmarault afin d’effectuer des contrôles sur l’origine de la viande transportée par les camions frigorifiques à la sortie de l’A71.

camion

La délégation c’est ensuite rendue à Carrefour et à Auchan à Montluçon afin de continuer les opérations de contrôle d’origine des viandes, cette fois ci-directement sur les étals de la grande distribution.

carrouf

auch

Les revenus en viande bovine sont déjà parmi les plus bas, est la situation ne cesse de se dégrader. Les cotations des bovins entrée-abattoir atteignent un stade critique avec des pertes estimées à 240€ par vache allaitante, dues à une baisse d’environ 60 centimes par kilo de carcasse. Concernant les jeunes bovins, les pertes représentant 180€ par bête avec une baisse supérieure à 40 centimes par kilo de carcasse. La situation est aussi préoccupante pour le marché des bovins maigres.

Pourtant, en parallèle, les charges ne cessent d’augmenter pour les éleveurs. Si cette chute des cours persiste, leur résultat s’effondrerait de 15 à 20% en 2014, entrainant une forte baisse de revenu.

Plusieurs éléments sont à l’origine de cette dégradation, à commencer par la recherche de prix toujours plus bas impulsée par la grande distribution, relayée par les entreprises d’abattage. Aujourd’hui les prix ne sont plus en relation avec la valeur du produit et le revenu des éleveurs est devenu une variable d’ajustement !
« Le prix de la viande que nous vendons ne cesse de chuter, et cela ne se ressent absolument pas sur le prix de vente au consommateur. Où passe la marge ? », questionne Mickaël Randoin, président des JA03. Une question laissée sans réponse par la direction de Carrefour Montluçon.

Les JA03 sont prêts à remobiliser les troupes et à durcir le mouvement si les cours de la viande bovine restent si défavorables aux éleveurs. La production de viande bovine est prédominante dans l’Allier, la baisse de revenus impacte donc un grand nombre d’agriculteurs. Il est primordial de retrouver des perspectives économiques satisfaisantes pour tous.

final

Les JA Auvergnats nombreux au congrès JA National

Des auvergnats nombreux, attentifs et motivés pour le congrès national de Jeunes Agriculteurs, prêts à relever les défis de demain.

Du 3 au 5 juin 2014 s’est tenu le 48ème congrès national des Jeunes Agriculteurs, à St Brieuc, dans les Côtes d’Armor. Un congrès riche en évènements et enseignements pour les Jeunes auvergnats, dans une grande délégation, à l’image de la diversité des territoires, productions, et agricultures auvergnates.

affiche

Comme chaque année, les JA ont travaillé un Rapport d’Orientation, intitulé en 2014 « Une seule agriculture, celle des Hommes » lors d’une séance d’amendements : chaque région a ainsi pu, au travers des interventions de ses responsables, apporter des modifications au texte proposé par les rapporteurs.

Cet exercice a impressionné les jeunes auvergnats qui vivaient leur premier congrès : « Il y a là une vraie liberté de parole, ça permet de comprendre quelques positionnement du réseau, d’échanger avec toutes les régions et d’appréhender la diversité d’approche des agricultures. Le positionnement national s’en trouve renforcé, on s’entend sur des consensus, des messages communs », décrit Nicolas de l’Allier, résumant l’avis de ses collègues. Frédéric, du Cantal, précise : « J’ai pris une grande claque démocratique. Ce sont des jeunes, ils ne trépignent pas d’impatience, mais font au contraire preuve d’une extraordinaire attention, pour, pendant quelques 10 heures d’affilée, chercher une parole commune, un compromis ».

Bien sûr, l’exercice de démocratie dépasse le seul Rapport d’Orientation. Les plus jeunes ont également pu s’exprimer sur les Rapports Moraux, et d’Activité. Rémy, du Puy de Dôme, a apprécié de pouvoir poser des questions, directement aux nationaux, et devant les 600 congressistes réunis. C’est impressionnant, et enrichissant ! Même le Ministre Le Foll s’est prêté à l’exercice des questions réponses en direct : une démarche courageuse, et appréciée !

Ce congrès était électif : une nouvelle équipe nationale a pris la tête du réseau, avec à la présidence un alsacien, Thomas Diemer, associé à Florent Dornier, du Doubs, comme secrétaire général. Dans cette nouvelle équipe, deux auvergnats vont s’impliquer. Jérôme Pitot, du Cantal, commence un premier mandat national, il veut porter des dossiers qui se décident au niveau national, en complémentarité avec ce qui se fait en département : « J’y vais aussi pour me former, apprendre, débattre, défendre notre région, surtout notre métier ». Emilien Piroux, quant à lui, a pris une place au bureau, en tant que Secrétaire Général Adjoint, l’occasion pour l’alti-ligérien de mettre son expérience à profit pour travailler à la cohésion du réseau.

Le nouveau Président de Jeunes Agriculteurs Auvergne, Benoît Julhes, a salué dans son discours l’équipe sortante, et son Président, François Thabuis : « Les projets, les idées, que notre réseau a su bâtir, vous avez su les porter, revendiquant une indépendance qui sonne juste ! ». Exprimant sa fierté « d’être impliqué dans LE syndicat de l’innovation, porteur d’avenir et d’espoir pour les générations futures », il a insisté sur les défis qui attendent le réseau demain : le Rapport d’Orientation a notamment mis en avant un nécessaire travail sur « le foncier, la PAC post 2020, voire les retraites agricoles, sujet trop souvent contourné et pourtant essentiel pour JA… ».

Un panel non exhaustif d’idées… des défis que les jeunes auvergnats sont prêts à relever, après quelques jours de repos nécessaires, suite à ces trois intenses journées !

france JA

Communiqué de presse JA Auvergne

Renouvellement des équipes JA03

Le Conseil d’Administration et le bureau JA03 ont été renouvelés pour le mandat 2014-2016.

Lors de l’Assemblée Générale Départementale du 3 avril, le vote des administrateurs à eu lieu. Le Conseil d’Administration est maintenant composé de 27 administrateurs issus des 10 structures locales JA.

Le premier Conseil d’Administration c’est déroulé le 24 avril à Tronget. Les administrateurs nouvellement élus ont voté à l’unanimité le bureau.

Composition bureau JA03 (mandat 2014-2016)

bureau JA03 2014Le bureau se réunira prochainement afin de préciser son projet de mandature. La relance syndicale via la recherche de nouveaux adhérents sera une priorité. La défense des jeunes et futurs jeunes installés en agriculture restera évidement la mission première de JA03.

 

 

 

Journée Nouvel Installé

Jeudi 27 mars, une Journée Nouvel Installé était organisée par JA03 sur le siège de l’exploitation de Jean-Loup Chatard, JA du canton de Gannat-Escurolles, installé en grandes cultures à Cognat-Lyonne.

Le but de cette journée était de sensibiliser les OPA, les partenaires ainsi que les élus aux avantages et inconvénients du dispositif d’accompagnement à l’installation à travers le témoignage de Jean-Loup Chatard.

Installé depuis 2009 en EARL avec son père, Guy Chatard, Jean-Loup a mis en avant le montant de la Dotation Jeunes Agriculteurs (DJA) trop faible, qui n’a pas été revalorisé depuis vingt ans. Rappelons que la DJA est une aide à l’installation versée aux jeunes de moins de 40 ans qui entrent dans le dispositif d’accompagnement à l’installation. Le montant de la DJA est modulée selon des critères de zonage, de revenus, d’installation familiale ou hors cadre. En zone de plaine, la DJA peut aller de 8000 à 17300€, avec un montant moyen de 12650€. « Aujourd’hui, cela représente à peine le prix d’un hectare de foncier ici », interpelle Jean-Loup.

De plus, lorsque l’on s’installe avec les aides, il faut réaliser un PDE sur 5 ans. Hors, il est compliqué d’avoir une vision à long terme lorsque l’on doit travailler avec les aléas de la nature, de la vie et la fluctuation des cours du marché. Ainsi, Jean-Loup a dû plusieurs fois apporter des modifications à son PDE au moyen d’avenants coûteux. Suite à de longues négociations, ce système trop rigide a été modifié en 2013.

Pourtant, l’accompagnement à l’installation est un dispositif que JA soutient fermement. Le PDE est bel est bien nécessaire pour préparer son installation et voir si le projet tient la route économiquement. Car l’installation aidée, c’est soutenir des projets viables, qui permettent aux jeunes de tirer un revenu de leur activité, et vivables au quotidien. Il serait donc dommage que trop de contraintes pour un montant de DJA peu élevé poussent les jeunes agriculteurs de plaine à renoncer à l’accompagnement à l’installation.

Ensuite, en présence des OPA ayant répondues à l’invitation, Jean-Loup et d’autres JA du canton de Gannat-Escurolles ont souhaité revenir sur les problématiques foncières qui les touchent de plein fouet. Malheureusement, les élus et représentants de l’Etat à qui ces remarques étaient particulièrement destinées ont décliné l’invitation et n’étaient pas représentés.

La construction du tronçon d’autoroute Gannat-Vichy impacte plusieurs exploitations du territoire. Le tracé illogique de celui-ci traverse de nombreuses parcelles de cultures, entrainant ainsi un allongement des temps de parcours et donc du temps de travail. De plus, plusieurs hectares d’emprise autoroutière ont été amputés aux exploitations ; les travaux sont en cours mais le remembrement n’est toujours pas connu à ce jour.

Autre point d’inquiétude ; alors que l’autoroute prend déjà des hectares de SAU, les mesures de compensation écologique qui seront mises en place risquent là encore d’avoir des conséquences sur le foncier des exploitations environnantes. « Aujourd’hui, tous les types de zones sont compensés, sauf la surface agricole » déplore Guy Chatard. Sur ce point, la Chambre d’Agriculture représentée par Richard Moine a assuré son soutien, déclarant qu’elle s’opposerait fermement à ce que des surfaces à fort potentiel agronomique comme celles de la Limagne soient reboisés pour satisfaire les mesures compensatoires.

 

 

 

Les Jeunes Agriculteurs Auvergnats en séminaire

Le mercredi 5 mars était organisé un séminaire d’accueil-formation pour les responsables JA d’Auvergne (administrateurs départementaux et présidents de cantons.)

Sept JA de l’Allier ont fait le déplacement au lycée agricole de Brioude Bonnefont où c’est déroulé la journée.

Le matin, tous les participants étaient regroupés en pléniaire, en présence de Julien Marre SG adjoint de JA Nat. Cette matinée était consacrée à la présentation du réseau, du fonctionnement et des acquis syndicaux.

L’après – midi était consacrée à un temps de travail en département. Après être revenu sur leur ressenti concernant la matinée, les JA03 présents ont recensé des pistes de réflexion, proposé des choses à faire ou à améliorer pour le prochain mandant. Celui-ci débutera avec le nouveau bureau qui sera prochainement élu, suite à l’AG départementale du 3 avril qui aura lieu au lycée agricole de Neuvy.

Mobilisation entretien des cours d’eau du 14 février 2014 à St Pourçain

Le 14 février, JA 03 et la FNSEA 03 se sont réunis afin de dénoncer la complexité des réglementations d’entretien des cours d’eau. Répondant à un appel national lancé conjointement par les deux réseaux, les agriculteurs jeunes et ainés se sont retrouvés à St Pourçain où l’ONEMA (Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques) à son siège.

Action 1402 038

Très attendus par les représentants des forces de l’ordre, déployées en masse, les agriculteurs ont commencé par curer symboliquement un fossé en présence des médias, afin de démontrer qu’à l’heure actuelle faire cela sans autorisation peu entrainer jusqu’à 70 000€ d’amende et 6 mois de prison.

Capture

Quand et pourquoi faire une demande d’autorisation ? Qu’est-ce qui est un cours d’eau et qu’est ce qui ne l’ai pas ? Cette manifestation avait pour but de demander plus de clarté concernant les règlementations en vigueur.

Afin de dénoncer les lourdeurs administratives, les représentants syndicaux ont terminé cette action en allant déposer une gerbe de papiers devant l’ONEMA, avant de faire une minute de silence.

NB : Cette manifestation fait suite à une première action menée le 30 septembre dernier.

Jeunes Agriculteurs débloque 800 dossiers d’installation

Communiqué de presse JA Nat

L’année 2014 est une année transitoire en termes de gestions financière et administrative des installations en agriculture. Le dispositif d’accompagnement et les aides à l’installation restent les mêmes que sur le programme 2007-2013, mais les Conseils régionaux deviennent autorités de gestion sur les aides du deuxième pilier de la PAC (fonds du Feader).

 Le Ministère promettait à Jeunes Agriculteurs qu’aucune période blanche n’aurait lieu sur les dossiers installation malgré cette transition. Or, depuis le 1er janvier 2014, aucun jeune ne peut s’installer à cause d’un vide juridique. Et on nous répondait que les jeunes n’étaient pas à un mois près pour s’installer !

 Ce jeudi 13 février à 13h, une délégation de Jeunes Agriculteurs est donc allée « pique-niquer » devant le Ministère de l’agriculture pour se faire encore mieux entendre et surtout expliquer pourquoi, un mois c’est important :

  •  Les candidats à l’installation ont besoin de leur autorisation de financement pour commencer tout investissement sur l’exploitation et obtenir des crédits de leur banque
  • Les jeunes doivent être considérés comme installés dès le départ du cédant qui est prévu à une date précise qu’il est difficile de repousser
  • Les candidats à l’installation ont besoin d’acquérir leur cheptel ou foncier avant leur déclaration PAC à réaliser avant le 15 mai 2014.

manif installation paris

      Les candidats à l’installation ne pouvaient donc pas attendre le 15 mars pour faire valider leur installation.  Cette délégation a été reçue par Luc Maurer, conseiller du Ministre. Sensibilisé à nos arguments, ce dernier a annoncé que :

    Du 18 février au 15 mars, tous les jeunes qui en feront la demande bénéficieront d’une dérogation pour être installés et pourront toucher une part des soutiens. C’est le Préfet qui validera cette décision.

  • Si au 15 mars les éléments nécessaire à l’engagement de dossiers FEADER n’étaient pas en place, alors cette procédure dérogatoire s’appliquera à l’ensemble des dossiers installation déposés.

« C’est une bonne nouvelle, a déclaré Joël Clergue. Aujourd’hui, les personnes qui doivent s’installer rapidement peuvent le faire ». Même si cette annonce est satisfaite, Jeunes Agriculteurs reste vigilant pour que cette décision soit bien relayée et appliquée en département dès lundi.