Plans de filière : les interprofessions doivent avoir plus d’ambition

Lors de son intervention à Rungis le 11 octobre dernier, en clôture du chantier 1 des Etats Généraux de l’Alimentation (EGA), le Président de la République a demandé que les acteurs des filières agricoles et alimentaires présentent des « plans de filière » pour le 10 décembre 2017. A mi-parcours des travaux, la FNSEA et Jeunes Agriculteurs souhaitent réaffirmer les attentes fortes des agriculteurs dans ces plans de filière.

Le Gouvernement a souhaité que ces plans soient ambitieux en termes d’objectifs sur la quadruple performance économique, environnementale, sociale et sanitaire, et il a confié aux interprofessions le soin de les élaborer.

Les producteurs s’engagent pleinement dans la segmentation des marchés pour mieux répondre aux différentes attentes des consommateurs et des citoyens, au marché de la restauration hors foyer, et aussi à la demande internationale. Cette amélioration de l’offre alimentaire, souhaitée par tous, doit bien évidemment s’accompagner de création de valeur et d’une meilleure répartition de celle-ci entre les acteurs de la chaîne alimentaire, conformément aux conclusions du chantier 1 des EGA et à la « Charte d’engagement pour une relance de la création de valeur et pour son équitable répartition au sein des filières agroalimentaires françaises » signée par 18 organisations ou entreprises, le 14 novembre. Nous attendons donc que l’ensemble des acteurs prenne ses responsabilités pour aller dans le même sens.

Cependant, JA, FNSEA et ses associations spécialisées constatent à ce stade un manque de volonté manifeste de certains acteurs de l’aval, dans certaines filières, d’avancer sur la partie économique : répartition de la valeur, gestion de la volatilité des prix, investissements dans l’amont. Les réseaux JA et FNSEA attendent beaucoup de ces plans de filière qui doivent définir une vision stratégique ambitieuse, réaliste et lisible. Les interprofessions doivent prouver qu’elles sont capables de fixer un cap pour structurer leur filière, qu’elles sont à la hauteur des enjeux.

Les agriculteurs veulent bien prendre leurs responsabilités mais ils ne se contenteront pas de « coquilles vides », de déclarations d’intentions, de guides de bonnes pratiques, ni même de « groupes de travail » sur la contractualisation.