Pour une politique agricole véritablement commune

Le 29 novembre, la Commission européenne a présenté son projet pour la future PAC, qui tendrait vers une nationalisation des politiques, au détriment d’une véritable stratégie commune pour assurer un modèle d’agriculture familial et permettre de renouveler les générations d’agriculteurs.

Jeunes Agriculteurs partage plusieurs des objectifs présentés, parmi lesquels assurer la résilience des exploitations, cibler les aides vers les « véritables agriculteurs » et la priorité donnée au renouvellement des générations de paysans.

Cependant, l’on ne peut que regretter la méthode : la Commission présente les modalités d’application avant de parler du fond, et se contente de lister les mesures avant de fixer l’ambition. Avant de discuter des plans nationaux, co-financements du premier pilier, subsidiarité, parlons de la stratégie ! Dans cette période d’incertitude budgétaire, l’Union européenne doit prévoir un budget, et donc d’abord un projet à la hauteur des enjeux ! Demain, les agriculteurs doivent être encore nombreux sur les territoires pour fournir une alimentation de qualité aux consommateurs européens. Sinon, qui les nourrira et comment ?

D’autant que le signal envoyé est celui d’une volonté de nationaliser les politiques, dégageant la responsabilité sur les Etats membres, au détriment d’une véritable stratégie commune. Le souhait de moderniser la PAC (et visiblement de faire des économies !) ne doit pas remettre en cause le principe fondateur de la Politique agricole commune.

Les risques de nationalisation sont nombreux : distorsions de concurrence, baisse drastique des soutiens dans les Etats membres aux finances publiques déjà fragiles, et, au final, la disparition d’agriculteurs. Alors que l’Union européenne a déjà perdu une ferme sur quatre en dix ans, que la financiarisation de l’agriculture et l’accaparement du foncier avancent à grands pas, il est plus que temps de réaffirmer une ambition forte et partagée pour la PAC !

La politique agricole commune doit être un levier pour favoriser le modèle d’agriculture familial sur tous les territoires, où les femmes et les hommes, nombreux, sont maîtres de leur outil de production, où les exploitations se transmettent au lieu de s’agrandir. La PAC doit favoriser la résilience des fermes en promouvant la mise en place de véritables stratégies de filières, permettant de sécuriser durablement le revenu des paysans et par là même la qualité de l’alimentation.

A la suite du document de positions publié en 2016, Jeunes Agriculteurs publiera le 20 décembre des propositions consolidées, pour que la prochaine PAC soit véritablement au service des agriculteurs et des consommateurs.