Retour sur la manifestation du 25 novembre 2017 à Moulins

Si nous avons décidé de mener une action le Samedi 25 Novembre 2017 c’est pour exprimer notre Ras-le bol et le malaise qu’il y a en agriculture en ce moment.

Notre action était basée sur la communication envers le grand public et nos élus. L’objectif était d’exprimer notre ras-le-bol général et montrer que nous sommes toujours présents pour défendre l’agriculture ! Nous voulions sensibiliser le consommateur et être repris par les médias et les réseaux sociaux. C’est chose faite. Un grand merci à tous ceux qui ont bravé le froid samedi.

Nous avons d’abord commencé par poser un grand panneau sur l’enseigne d’Intermarché, indiquant qu’Intermarché est « transformateur et commerçant » pas producteur ! il faut arrêter cette publicité mensongère.

Puis nous nous sommes dirigés vers le pont Regemortes. Nous avons accroché des pantins au lampadaires, ainsi que des panneaux exprimant nos revendications, sans bloquer la circulation. Pendant ce temps, des équipes distribuaient des tracts expliquant notre position vis-à-vis du CETA et du Mercosur aux automobilistes et l’urgence à réagir.

Ensuite nous nous sommes dirigé vers Leclerc à Avermes pour échanger avec les consommateurs. Dans un godet d’un tracteur, nous avons exposé des produits de base type pâtes, farine, œufs, lait, viande, pommes de terre et avons affiché la différence entre les prix relevés en rayon et les prix payés aux producteurs à la sortie de l’exploitation. Beaucoup nous on soutenus dans notre démarche, et tous ont été surpris des écarts de prix présentés. A la fin de cette opération de communication réussie, nous avons donné les produit à la banque alimentaire qui était présente ce jour-là à Leclerc.

Alors que la phase 1 des Etats Généraux de l’Alimentation se termine, il n’y a pour le moment aucune avancée visible. On nous avait dit que les choses s’arrangeraient avec les EGA, mais la confiance n’y est plus. Certes le travail est fait et le syndicalisme agricole a bien été écouté, mais ça ne change rien, l’Etat veut porter des filières du style « éleveurs et engagés » qui part de coût rémunérateurs payé à l’éleveur mais ça ne décolle pas vraiment car c’est encore une fois les abatteurs et les GMS qui font la pluie et le beau temps au niveau des prix….

Comble de l’ironie, le CETA ! UE à signé cet accord qui menace directement l’élevage car il prévoit l’importation de 70000 tonnes de viandes bovine. Hors le Canada n’est pas soumis aux mêmes règles de production que la France ! Les farines animales ainsi que 46 molécules interdites en France peuvent être utilisés dans leurs processus de production. Cet accord représente un danger pour la santé, l’environnement, le bien être animal et la sécurité alimentaire. Ouvrir les frontières à de tels produits à l’heure ou les exigences sont toujours plus fortes vis-à-vis des agriculteurs français et d’une injustice et d’une hypocrisie totale ! Les productions agricoles ne sont pas des marchandises comme les autres, c’est pourquoi nous demandons qu’elles soient exclues des négociations internationales !

Comment assurer le renouvellement des générations en agriculture dans un tel contexte ? Stop aux distorsions de concurrence et aux incohérences politiques, nous en avons ras-le-bol.
Dans la continuité de cette action, nous rencontrons le Préfet mardi 28 novembre, pour lui faire par de nos revendications.