Etats Généraux de l’Alimentation : obligation de résultat !

Jeunes Agriculteurs et la FNSEA participent activement et de façon constructive à l’ensemble des ateliers sur la répartition et la création de la valeur qui se réunissent depuis le 29 août dans le cadre du chantier 1 des Etats Généraux de l’Alimentation.

Dans la dernière ligne droite des discussions, Jeunes agriculteurs et la FNSEA en appellent à la vigilance du Président de la République et du gouvernement : il n’est plus temps de tergiverser !

Le prix des produits ne peut pas être remises, rabais et ristournes ; il doit être respect, revenu et reconnaissance. Les Etats Généraux de l’Alimentation doivent dégager les moyens pour rémunérer les producteurs à des prix justes : stopper la guerre des prix suicidaire en relevant le seuil de revente à perte et inverser la logique de construction du prix pour que les agriculteurs ne soient plus la variable d’ajustement permanente de négociations commerciales auxquelles ils ne participent pas.

Pour cela, Jeunes Agriculteurs et la FNSEA ont formulé des propositions concrètes :
Réformer le droit de la concurrence pour renforcer le regroupement des producteurs et les stratégies de filière des interprofessions ;
– Améliorer le dispositif de la contractualisation en imposant la prise en compte des prix de revient ;
– Rendre réellement opérationnelle la clause de renégociation pour répercuter les fluctuations des matières premières tout au long de la chaîne ;
– Interdire les prix abusivement bas ;
– Encadrer les promotions, qu’elles soient le fait du distributeur ou de l’industriel ;
– Etendre l’obligation de transparence sur l’origine à l’ensemble des produits ;
– Renforcer l’approvisionnement local en restauration hors domicile ;
Consolider les débouchés à l’exportation et encourager la production de biomasse.

Nous n’attendons pas tout des Etats Généraux de l’Alimentation mais nous sommes en droit d’en attendre beaucoup. Dans nos exploitations, nous nous battons chaque jour pour nourrir nos concitoyens. Aujourd’hui, l’heure est à se battre pour soutenir le monde agricole afin qu’il puisse continuer sa mission.