Chers nouveaux députés, le partage de la valeur ajoutée est primordial pour l’agriculture

Dans la soirée de dimanche, après la clôture des bureaux de vote, les structures régionales Jeunes Agriculteurs ont placardé sur les panneaux communaux des élections des affiches demandant un meilleur retour de la valeur ajoutée. Par cette mobilisation #EnAvantL’Agriculture, Jeunes Agriculteurs souhaite alerter les décideurs politiques nouvellement élus sur la question des prix agricoles, des relations commerciales et de l’alimentation. 

Les élections législatives ont renouvelé de très nombreux sièges. Cette nouvelle assemblée doit permettre au secteur agricole d’avancer sur les dossiers dans la durée. A l’agenda politique, les Etats généraux de l’alimentation seront le premier rendez-vous clé pour travailler sur la  répartition de la valeur le long des filières. Ces députés nouvellement élus doivent prendre conscience que la situation est grave pour le secteur agricole, qui pâtit d’une crise économique depuis plus de trois ans et nuit au renouvellement des générations en agriculture.

Jeunes Agriculteurs demande « des prix justes pour les agriculteurs »  dont 50 % d’entre eux ont gagné moins de 354 € en 2016[1]. Pour y parvenir, et c’est le deuxième message des affiches, il faut en particulier réviser de la loi de modernisation de l’économie (LME) et appliquer la loi Sapin 2 en vue d’une « moralisation des relations commerciales producteurs / industriels / distributeurs » et d’une répartition équitable de la valeur ajoutée au sein des filières. Plus largement, Jeunes Agriculteurs souhaite que les Etats généraux de l’alimentation amènent des solutions pérennes aux agriculteurs sur cette problématique  et intègrent aux parties prenantes les associations de consommateurs « pour un pacte producteurs/consommateurs ». Et ce, afin que la production agricole française puisse répondre aux mieux aux demandes des Français et au marché intérieur.

Dans les semaines à venir, les responsables syndicaux rencontreront dans leurs circonscriptions les députés élus pour partager avec eux nos propositions.

[1] Chiffres MSA