CETA : La résistance de la Wallonie doit faire réfléchir la France

Communiqué JA National

Les chefs d’Etat des 28 Etats membres de l’UE se réuniront vendredi matin à Bruxelles, sommet de la dernière chance pour trouver une majorité absolue, alors que le gouvernement wallon a dit non. Jeunes Agriculteurs apporte un soutien total aux autorités wallonnes et félicite Paul Magnette, ministre président de la Wallonie, pour son courage politique 

Les positions de la Wallonie doivent interroger les décideurs français : les conséquences de cet accord international sont très inquiétantes concernant l’agriculture. Sur les filières viandes, des contingents d’importations supplémentaires de viande bovine (45 000 tonnes) et de viande porcine (75000 tonnes) sont à prévoir.

La France a dit non au TAFTA il y a quelques semaines. Pourquoi allons-nous signer un accord commercial de la même sorte avec le Canada maintenant, dont les conséquences pour le secteur agroalimentaire sont sensiblement les mêmes ?

Nous ne rejetons pas les échanges commerciaux à l’échelle internationale à condition qu’ils soient fondés sur des principes de réciprocité et d’équilibre, mais aussi sur le respect de normes sanitaires, sociales et environnementales. L’agriculture française fait face à de multiples crises. Il est suicidaire pour les producteurs de notre pays d’instaurer un libre-échange entre l’UE et le Canada. Nous le savons, la concurrence française n’égalera jamais celle outre-Atlantique, et nous refusons d’entrer dans cette course-là.

Nous devons réfléchir à une nouvelle forme d’échanges, basée sur une complémentarité de grands ensembles régionaux et au service de la sécurité alimentaire et des agricultures de type familial.