Archives de catégorie : Actu réseau JA

Terr’ en Fête les 14 et 15 septembre 2019 à Agonges

Les Jeunes Agriculteurs de l’Allier organisent une nouvelle édition de Terr’ en Fête les 14 et 15 septembre 2019 à Agonges.

Véritable moment d’échange et de convivialité, Terr’ en Fête c’est la fête de l’agriculture Bourbonnaise. Organisée chaque année sur un secteur différent, portée par une équipe de Jeunes Agriculteurs bénévoles, cette manifestation à pour but de faire découvrir l’agriculture, d’échanger, de dialoguer, de communiquer avec le public.

Samedi 14 septembre dès 14h, les Jeunes Agriculteurs du canton de Bourbon l’Archambault démarreront les festivités avec leur concours de labour cantonal qui sera suivi en soirée d’un repas du terroir et d’un bal.

Dimanche 15 septembre, de nombreuses animations seront proposées au public : Démonstrations de tracteurs foot quad, finale départementale de labour, chiens de troupeau, démonstration de maréchalerie, exposition et démonstration d’engins agricoles, stands professionnels, expositions « Les jeunes construisent l’avenir de l’agriculture ». Sans oublier les animations spécialement dédiées aux enfants : jeux en bois, structures gonflables et mini-ferme.

Restauration et buvette seront disponibles sur place, avec repas du terroir le samedi soir et le dimanche midi. A noter que l’entrée sur le site de la manifestation est gratuite.

Rendez-vous les 14 et 15 septembre à Agonges !

 

Formation initiation éducation et dressage du chien de troupeau

Les Jeunes Agriculteurs de l’Allier, avec la collaboration de l’Association de l’utilisation du chien de troupeau de l’Allier (AUCT 03,) organisent une formation intitulée « Initiation : Education et dressage du chien de troupeau ».

Voici, ci-dessous, le détail de cette formation :

Objectif : Etre capable de s’approprier et mettre en œuvre la méthode validée et reconnue de dressage pour avoir un chien opérationnel sur l’exploitation.

Programme : Le fonctionnement du chien de troupeau et les grandes étapes de sa vie :

  • Soins et éducation : le logement, l’alimentation, le sanitaire
  •  Initiation aux ordres de base, contournement des animaux, gauche, droite, stop en position opposée,  déplacement des animaux
  • Manipulation d’un lot d’animaux : d’abord dans un parc puis en semi liberté et ensuite en  liberté

Publics visés : Eleveurs de bovins, ovins, caprins, porcins ou volailles du département de l’Allier

Pré requis : Avoir un chien déparasité, vermifugé et à jour de ses vaccinations.

Durée : 4 jours

Dates : Jeudi 28 Mars 2019, Vendredi 19 Avril 2019, Vendredi 17 Mai 2019 et Vendredi 13 Septembre 2019

Lieu : Doyet (03170)

Intervenant et Formateur : DEMONTMOLLIN Sébastien (Formateur chien de troupeau agrée par l’Institut de l’Elevage)

Responsable du stage : Sandrine DUMONT (Secrétaire Administrative des Jeunes Agriculteurs de l’Allier)

Tarif : Frais d’inscription 80 € – Les Frais de repas sont à la charge du stagiaire

Validation de la formation : Une attestation de formation vous sera délivrée en fin de stage

Pour vous inscrire ou avoir des renseignements complémentaires sur le déroulé de cette formation, merci de contacter les Jeunes Agriculteurs de l’Allier par téléphone au 04.70.48.22.85 ou par mail ja03@jeunesagriculteurs-aura.fr

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Photo-Crédit-JA-démonstration-chien-de-troupeau-1-1024x768.jpg.
Rédigez la légende…

Interview de cedric fournier, installé depuis le 1er janvier 2019

Tu es installé depuis le 1er janvier. Présente-nous ton exploitation

J’ai rejoint le GAEC familial qui était composé de mon père et de mon oncle, avec 100 vaches Charolaises sur 220 hectares. Avec mon installation, j’ai ajouté 30 hectares et nous sommes passé à 150 vaches. Une centaine d’hectares est dédiée aux cultures, essentiellement pour nourrir les animaux.

Dans mon projet d’installation il y a aussi la mise en place de l’irrigation qui permettra, je l’espère, d’assurer de bonnes récoltes pour les années futures. Toujours dans l’optique de nourrir les bêtes.

Quelle est ton expérience avant installation ?

J’ai fait un bac techno STAV au lycée de Chervé dans la Loire. Ensuite j’ai fait un BTS ACSE en alternance au lycée de Ressins, toujours dans la Loire. J’étais en contrat de professionnalisation sur une ferme en polyculture élevage voisine de celle de mes parents mais sur le département de la Saône-et-Loire.

En 2013, j’ai eu mon BTS. J’ai ensuite été embauché en groupement d’employeurs. 2 jours sur la ferme familiale et 3 jours sur la ferme où j’ai fait mon alternance. J’ai été salarié jusqu’à fin 2018, juste avant mon installation.

Pourquoi avoir choisi de t’installer ?

J’ai toujours voulu être agriculteur. L’installation c’est l’aboutissement d’un rêve d’enfant, comme pour beaucoup de mes collègues. Après c’est sûr qu’il y a des moments de doutes mais c’est quelque chose que j’ai toujours voulu faire. Je n’ai jamais envisagé d’autres voies.

Est-ce que ça a été compliqué de prendre tes marques en tant que nouvel associé au sein du GAEC familial ?

Le fait d’avoir été salarié sur l’exploitation familiale avant de m’installer m’a permis de voir si ça allait pouvoir marcher ou pas. C’est sûr que ce n’est pas le même statut d’être salarié qu’associé, mais ça m’a permis de bien connaître la structure. Vu que mon installation était prévue, j’étais déjà associé à la prise de décisions.

Maintenant que je suis installé j’ai plus de responsabilités, je n’ai pas eu de soucis pour trouver ma place dans le GAEC familial. 

Quel est ton ressenti vis-à-vis du dispositif d’accompagnement à l’installation ?

Déjà, on ne va pas se le cacher, ça permet de toucher la DJA (dotation jeunes agriculteurs) qui a été bien revalorisée. Mais c’est intéressant aussi au niveau des formations qui sont proposées dans le parcours. J’ai fait deux formations alimentation : une sur les bases de l’alimentation des ruminants vu qu’on est en bovins et une sur le pâturage tournant. Il y a en a aussi eu sur le foncier, sur la PAC, sur la vie en société et sur l’organisation du travail. Ce sont des formations auxquelles je n’aurais pas participé de moi-même mais ça n’apporte que du plus.

C’est vrai qu’il y en a toujours pour critiquer, dire que c’est trop long, etc. Mais franchement si quelqu’un trouve que ça ne sert à rien, il faut peut-être qu’il se remette en question parce que globalement c’est quand même très enrichissant.

Combien de temps pour concrétiser ton projet ?

Mon projet été déjà bien réfléchit. J’ai eu rendez-vous au PAI (point accueil installation) au mois de janvier 2018. J’ai ensuite réalisé toutes mes formations assez rapidement, en mars pendant mes congés. Après j’ai pu me consacrer au montage de mon PE (plan d’entreprise) avec mon comptable, puis à la recherche des banques pour trouver les financements nécessaires. Mon dossier est passé en CDOA au mois d’octobre et je me suis installé officiellement au 1er janvier.

Je suis resté salarié tout le temps du parcours, mais c’est vrai que j’avais des facilités vu que c’était sur la ferme familiale. Et mes autres patrons étaient compréhensifs aussi vu qu’ils savaient dès le départ que j’avais pour projet de m’installer. J’avais des jours de congés d’avance j’ai pu les poser quand j’en avais besoin.

Un an ça peut paraître long vu que mon projet été déjà muri. C’est vrai que j’aurai m’installer plus rapidement mais j’ai voulu prendre le temps de faire les choses les unes après les autres et il faut prévoir large au cas où il y ai des retards administratifs.

Quand j’ai fait mon 21h, je n’avais pas encore réalisé mon PE. J’y suis allé avec mes premiers chiffres et ça m’a permis ensuite d’ajuster avec mon comptable lors de l’élaboration de mon PE. Je l’ai modifié plusieurs fois par la suite pour arriver à celui qui me semblait être le meilleur.

Quels conseils donnerai-tu à un jeune qui souhaite s’installer ?

Il faut y aller ! Il faut bien réfléchir à son projet. Moi à la base je voulais m’installer au 1er janvier 2018. Finalement, c’était plus intéressant pour moi je m’installer en 2019. Il faut saisir la bonne opportunité, mais il faut se lancer !

Pendant le parcours et les formations, il ne faut pas hésiter à poser des questions, à solliciter les personnes qui sont là pour ça. Il ne faut pas rester avec ses doutes, il n’y a pas de question bête !

Venez faire Une Pause Fermière avec les Jeunes Agriculteurs de l’Allier

Samedi 4 août 2018, les Jeunes Agriculteurs de l’Allier organisent la quatrième édition de l’évènement « La Pause Fermière », à St-Pourçain-sur-Sioule. Installés en centre-ville, sur les cours face au marché, les JA03 serviront dès midi des menus « Burger Bourbonnais » 100% Français.

Le menu « Burger Bourbonnais »

Proposé au tarif de 12€, le menu sera composé d’un Burger Bourbonnais (Steak haché de Charolais Label Rouge, St-Nectaire, sauce fromage blanc) accompagné d’une barquette de frites produites par un jeune agriculteur du département, d’un yaourt aux fruits de la ferme pour le dessert et d’une bouteille d’eau de 50cl. Un menu enfant similaire avec des proportions réduites sera disponible pour 8€. Et parce que St-Pourçain est aussi une terre de vignobles, ceux qui le souhaitent pourront s’offrir un verre à la buvette.

Une mini-ferme pour les petits

Pendant que les parents prendront le temps de déguster leur repas, les enfants pourront aller faire un tour du côté de la mini-ferme qui sera aménagée spécialement pour l’occasion. Vache, cochon, mouton, poules… L’univers de la ferme à découvrir !  Des livrets de jeux « A la découverte de l’Agriculture » seront également distribués aux enfants.

Promouvoir le « Produire Français pour Manger Français »

Le but de cet évènement est de promouvoir les produits locaux et plus globalement les produits Français. Des produits nombreux, variés et de qualité issus de l’agriculture.

Pour plus d’informations, le public peut contacter le bureau des Jeunes Agriculteurs de l’Allier au 04.70.48.22.85.

CONCOURS PHOTO 2018 « Agriculture et Patrimoine »

Suite au succès des précédentes éditions, Jeunes Agriculteurs de l’Allier organise une quatrième fois un concours photo. Cette année, le thème retenu est : « Agriculture et Patrimoine ».

La richesse de l’Allier passe par son agriculture et par son patrimoine. Ce sont deux des principaux secteurs qui font rayonner le département depuis des siècles.

Les JA03 ont souhaité lier ces deux thèmes complémentaires et indissociables du territoire Bourbonnais. Le but de l’opération est de rapprocher davantage agriculture et culture, et d’exposer les richesses du patrimoine bâti ou naturel de l’Allier tout en valorisant le travail de nos agriculteurs.

Le concours est ouvert à tous. Chaque personne peut participer en envoyant maximum 3 photos, du 15 juin au 3 août 2018 inclus, à l’adresse mail concoursphoto.ja03@gmail.com. Seul impératif : les photos doivent être prises sur le territoire du département de l’Allier.

10 clichés seront sélectionnés par un jury et seront exposés lors de Terr’ en Fête, le dimanche 2 septembre 2018 à Saint-Sornin. Le public votera alors pour sa photo préférée et les lots seront remis aux vainqueurs en fin de journée.

Le premier du concours remportera une tablette numérique offerte par Groupama, le deuxième et le troisième des paniers garnis de produits d’Allier.

Cliquez ici pour télécharger le règlement 

Cliquez ici pour télécharger la fiche de participation

Les Jeunes Agriculteurs de l’Allier recrutent un(e) animateur(trice) syndical(e)

Missions

En étroite relation avec l’équipe des responsables professionnels, l’animateur(trice) syndical(e) aura pour missions :

Gérer administrativement et financièrement la structure
– Assurer la mise à jour des bases de données adhérents/partenaires…
– Monter et suivre les dossiers de financements
– Monter et suivre les dossiers de formations

Accompagner l’équipe des responsables professionnels
– Animation et coordination du réseau syndical : appui aux groupes de travail, circulation de l’information, mise en place des actions syndicales…
– Suivi de l’actualité agricole et des dossiers syndicaux
– Assurer l’interface entre l’échelon cantonal, départemental, régional et national
– Suivre et préparer les réunions statutaires (réunion de bureau, conseil d’administration, assemblées générales…)
– Apporter un appui méthodologique et technique à l’équipe des responsables professionnels

Assurer la communication externe et interne
– Rédaction et diffusion des comptes rendus de réunions, travail en réseau avec OPA et structure JA régionale et nationale
– Rédaction et diffusion d’articles pour la presse Agricole, création et diffusion de supports de communication (Bulletin hebdomadaire aux adhérents, les notes d’informations, réseaux sociaux, affiches…)
– Organisation d’actions événementielles et syndicales (Terre en Fête, Pause Fermière, Forum de l’installation…)

Profil

– Minimum Bac ou Bac +2, débutant(e) accepté(e)
– Connaissance et intérêt pour le milieu agricole
– Dynamique, autonome
– Ecoute, diplomatie, discrétion
– Aptitude à l’animation et capacité d’adaptation
– Excellent relationnel, sens du travail en équipe, de la communication et de l’organisation
– Capacité rédactionnelle et esprit synthèse
– Maîtrise de l’outil informatique (Word, Excel, Power Point, Réseaux sociaux, Internet)

Conditions

– CDD de 7 ou 8 mois (Remplacement congé Maternité) pouvant déboucher sur un CDI
– Emploi à temps complet (35 heures par semaine)
– Permis B et véhicule personnel indispensable.
– Poste basé à Moulins, avec déplacements fréquents sur le département et ponctuellement en région
– Poste à pourvoir début Juin 2018

Adresser CV et lettre de motivation par courrier ou e-mail avant le 18 Mai 2018 à :
Jeunes Agriculteurs de l’Allier (à l’attention de Monsieur le Président)
8, Avenue Meunier – 03000 MOULINS
e-mail : ja03@jeunesagriculteurs-aura.fr

Formation Initiation : Education et dressage du chien de troupeau

Les Jeunes Agriculteurs de l’Allier organisent une formation intitulée « Initiation : Education et dressage du chien de troupeau ». Voici, ci-dessous, le détail de cette formation.

Objectif : Etre capable de s’approprier et mettre en œuvre la méthode validée et reconnue de dressage pour avoir un chien opérationnel sur l’exploitation.

Programme :

  • Le fonctionnement du chien de troupeau et les grandes étapes de sa vie
  • Soins et éducation : le logement, l’alimentation, le sanitaire
  • Initiation aux ordres de base, contournement des animaux, gauche, droite, stop en position opposée, déplacement des animaux
  • Manipulation d’un lot d’animaux : d’abord dans un parc puis en semi liberté et ensuite en liberté

Publics visés : Eleveurs de bovins, ovins, caprins, porcins ou volailles du département de l’Allier

Pré requis : Avoir un chien déparasité, vermifugé et à jour de ses vaccinations.

Durée : 4 jours

Dates : Vendredi 30 Mars 2018, Vendredi 27 Avril 2018, Vendredi 25 Mai 2018 et Vendredi 22 Juin 2018

Lieu : Doyet (03170)

Intervenant et Formateur : DEMONTMOLLIN Sébastien (Formateur chien de troupeau agrée par l’Institut de l’Elevage)

Responsable du stage : Sandrine DUMONT (Secrétaire Administrative des Jeunes Agriculteurs de l’Allier)

Tarif : Frais d’inscription 80 € – Les Frais de repas sont à la charge du stagiaire

Validation de la formation : Une attestation de formation vous sera délivrer en fin de stage

Pour vous inscrire ou avoir des renseignements complémentaires sur le déroulé de cette formation, merci de contacter les Jeunes Agriculteurs de l’Allier par téléphone au 04.70.48.22.85 ou par mail ja03@jeunesagriculteurs-aura.fr

Mieux transmettre les exploitations pour renouveler les générations d’agriculteurs

Du 30 janvier au 1er février, 140 responsables du syndicat Jeunes Agriculteurs se sont réunis à Sète (Hérault) pour réfléchir aux solutions favorisant la transmission des exploitations agricoles : anticiper les projets et accompagner les cédants, au même titre que pour les installations, sont des clés pour assurer le renouvellement des générations d’agriculteurs.

Dans un contexte où seuls deux départs à la retraite sur trois sont compensés par des installations, où le nombre d’exploitations a été divisé par deux en 20 ans au profit de l’agrandissement (la superficie moyenne a augmenté de 8% entre 2010 et 2013), la transmission est un enjeu fondamental pour assurer le renouvellement des générations d’agriculteurs.

Parmi les principaux freins relevés chez les jeunes : les difficultés d’accès aux capitaux et au foncier, ainsi que le manque de disponibilité financière pour faire face aux aléas. Si les freins économiques existent chez les cédants, la dimension affective peut parfois primer : certains peuvent être peu enclins à voir leur exploitation évoluer vers de nouvelles pratiques ou de nouvelles activités et préférer céder leur exploitation au profit d’un projet agrandissement.

L’anticipation permettrait de lever ces freins : dès son installation, le porteur de projet doit être préparé à passer à son tour le flambeau. Du point de vue des cédants, c’est l’accompagnement qui est déterminant, en plus d’incitations fiscales à mettre en place. Préparer l’avenir doit être un choix encouragé et soutenu par l’Etat et l’ensemble des acteurs des territoires (collectivités, chambres d’agricultures, coopératives, Safer, etc.), de façon coordonnée.

Pour Jérémy Decerle, Président de Jeunes Agriculteurs, « La transmission doit être accompagnée au même titre que l’installation, avec des dispositifs d’accompagnement humain et financier. Encore trop peu d’outils existent aujourd’hui pour inciter les cédants à laisser la place aux jeunes plutôt qu’à l’agrandissement. Encourager la transmission à des jeunes, c’est aussi préserver notre modèle d’agriculture familial. »

Faciliter le passage de relai de génération en génération assurera l’avenir de nos assiettes et des territoires ruraux !

MERCOSUR : ¡ No Pasarán !

Les propos du Président de la République du 25 janvier dernier, qu’il a confirmés hier soir, sont clairs : la France et l’Union européenne se préparent à lâcher l’agriculture dans la négociation en cours sur le Mercosur. Toutes les lignes rouges sont franchies : économiques, sanitaires et environnementales.

Sur le plan économique : le sacrifice de la filière bovine est une évidence. Le MERCOSUR représente déjà les trois quarts des importations de boeuf de l’UE. Les producteurs de ces pays sont extrêmement compétitifs et exportent malgré l’application des droits de douane prévus par l’OMC. Nos producteurs ne pourront pas lutter ! Et le secteur bovin n’est pas le seul sacrifié. Le chef de l’Etat a oublié de mentionner le poulet brésilien, la viande porcine, le sucre ou l’éthanol… Déjà, 4 poulets sur 10 consommés en France sont importés, et en priorité dans la restauration collective.

Le Président de la République nous offre comme lot de consolation l’accord avec la Chine, la Turquie ou le Japon : ça n’est pas acceptable, ça n’est pas suffisant ! Ouvrir des marchés aux industriels OUI, encore faut-il que ceux-ci saisissent ces opportunités ; ce qui est loin d’être le cas. Comment le gouvernement peut-il ignorer à ce point la situation dramatique des producteurs en leur enfonçant un peu plus la tête sous l’eau ?

Quant à la stratégie défensive proposée en promouvant l’indication de l’origine France : le Président sait-il que l’obligation d’étiquetage pour les produits laitiers et les produits carnées est encore en phase d’expérimentation soumise à l’évaluation de la Commission en 2019 ? Quelle sorte de stratégie défensive consiste à ouvrir les portes avant de consolider les murailles ?

Et quel mensonge auprès des consommateurs et des citoyens ! Quel marché de dupe pour les agriculteurs ! Comment peut-on promouvoir l’engagement dans la transition écologique en France, une sécurité sanitaire irréprochable et « en même temps » autoriser des importations de produits dont les méthodes de production sont interdites en France ! Il n’est pas prévu dans l’accord le respect des mêmes conditions de production entre les deux pays : l’Etat le sait très bien.

Nous, Agriculteurs, nous en appelons aux Citoyens, aux Consommateurs, aux Elus locaux sur ces contradictions, ces incohérences, ces insincérités, sources de dangers et destructeurs d’emplois dans les territoires. Nous ne laisserons pas passer des produits qui ruinent nos efforts, nos territoires, et nos filières.

Comité de suivi des relations commerciales : Constat d’impasse

Au cours du comité de suivi du 19 janvier, co-présidé par Delphine Gény-Stephann, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie, et Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, la démonstration a été faite que malheureusement rien n’a changé en matière de négociations commerciales.

Tous les acteurs avaient pourtant pris des engagements dans le cadre de la Charte « de bonne conduite » signée le 14 décembre dernier. Preuve à l’appui, les distributeurs les ont vite oubliés.

Les niveaux de promotions constatés démontrent que même la loi actuelle n’est pas respectée : ni l’interdiction de revente en perte, ni la limitation des promotions actée par la loi Sapin II. Ils organisent une véritable braderie des produits agricoles : des côtes de porc à 1,77 €/kg, du lait bio à 67 centimes d’euros le litre, ou des pommes de terre à 11 centimes le kilo. Comment dans ces conditions le consommateur peut-il s’y retrouver, et avoir une quelconque idée de la valeur de l’alimentation quand tout n’est que promotions et rabais ?

Concernant les négociations commerciales en cours, la DGCCRF a établi devant les deux ministres un constat accablant : demande de déflation systématique des enseignes, aucune rémunération de la montée en gamme, seuil de revente à perte non respecté… En synthèse, les négociations commerciales se passent encore plus mal que l’an dernier ! Cela ne peut plus durer !

Pourtant, le Président de la République avait clairement affirmé le 11 octobre que « la guerre des prix ne fait que des perdants ». Combien encore d’agriculteurs en difficulté, de PME pressurisées, pour que la grande distribution prenne enfin conscience que sans partenariat gagnant-gagnant c’est toute la chaîne qui perd de la valeur ajoutée et qui enregistre des faillites à tour de bras ?

Nous en appelons au gouvernement pour qu’il fasse respecter les engagements de la charte par chacun des acteurs. Nous sommes prêts à appeler nos réseaux à aller faire la « police » des prix dans les magasins, comme c’est déjà le cas spontanément dans certains départements.

Nous demandons une loi contraignante et ferme, qui applique en cas d’infraction des sanctions dissuasives.

C’est la condition du succès des plans de filière et de l’alimentation de qualité qu’attendent les Français.